fbpx
Blogue

Relance, construction et place des femmes

Non classé

La relance de l’économie est propulsée par l’industrie de la construction, la construction résidentielle a repris dès la mi-avril et l’ensemble du secteur début mai. De nombreux projets d’infrastructures publiques ont été lancés et les grands projets qui étaient en discussion ont été mis en œuvre brutalement. Les travailleurs de la construction ont repris leurs activités de façon précoce avec des règles sanitaires élaborées très rapidement.

Dans ce tourbillon, les femmes de l’industrie de la construction ont pris le virage comme tout le monde mais avec quelques difficultés en plus. De façon général les hommes ont été 42,1% a retrouvé leurs emplois contre 24,6% pour les femmes. Cette reprise différenciée est dû en partie à l’insuffisance de places en garderie et à la diminution des camps de jour. Dans la majorité des ménages, c’est encore la femme qui assume la responsabilité des enfants, et ce phénomène s’est accentué dans le contexte actuel. Les femmes de la construction monoparentales ou celles partageant leur vie avec un autre parent travaillant dans la construction, ont été dans l’obligation d’assumer le rôle de gardienne. Rappelons que la construction n’avait pas le droit aux garderies des travailleurs essentiels alors que c’est elle qui relançait alors l’économie du Québec au plus fort de la crise.

Pourtant le secteur de la construction est actuellement en pénurie de main d’œuvre. Les employeurs peinaient déjà à embaucher avant la crise et c’est encore plus difficile maintenant. Le manque de main d’œuvre serait l’une des préoccupations principales des employeurs. Peut-être des postes à combler par des femmes. L’intérêt par les femmes pour les métiers de la construction est grandissant, notamment les emplois pour la construction des infrastructures publiques qui sont très intéressants pour elles aussi. La présence croissante de femme ingénieures est aussi à souligner. Les états d’esprit changent des deux côtés. Les hommes se sont habitués à voir de plus en plus de femmes sur les chantiers et dans des postes à responsabilités. Les femmes osent plus prendre leur place.

Les femmes entrepreneures sont également plus nombreuses qu’auparavant. Elles ont affronté la crise comme leurs homologues masculins et ont connu les mêmes difficultés et incertitudes. Néanmoins, lors de la relance, les femmes entrepreneures ont été défavorisées, par la minorité certes, mais aussi le manque de confiance dans l’entreprenariat féminin au sein de la construction, notamment à cause d’un manque d’accès au financement et au cautionnement. Un fait qui est aussi la réalité des petites entreprises. Cette situation déjà problématique avant la crise de la COVID-19, s’est accentuée et les femmes entrepreneures ont un accès inégalitaire sur le marché et les programmes de la relance. L’entreprenariat féminin souffre encore de reconnaissance et de soutien.

Ainsi la crise a durement touché la construction comme le reste de l’économie, les travailleuses de la construction ont été rappelées à leur condition féminine ancestrale responsable des enfants comme toutes les autres femmes. Pourtant la relance pourrait être pour elles une occasion d’effacer les inégalités inhérentes au secteur de la construction, notamment par l’entreprenariat féminin, à condition qu’on l’encourage un peu.

Les Elles de la construction œuvrent tout au long de l’année pour offrir aux femmes de l’industrie un réseau unique de soutien et de solidarité. Nos initiatives, activités, événements et programmes ont pour objectif de briser l’isolement et encourager l’épanouissement de nos membres pour une meilleure représentativité, mais aussi une meilleure intégration des femmes du secteur de la construction depuis maintenant 7ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Merci à nos partenaires

Copyright © 2020 Les Elles de la construction. Tous droits réservés.